De l'Excellence européenne, son application en politique et de l'idéalisme des gens de Droite. - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > De l’Excellence européenne, son application en politique (...)

De l’Excellence européenne, son application en politique et de l’idéalisme des gens de Droite.

samedi 3 mars 2007, par Snoopy / 13784 visites

En ces temps de disette politique, où le débat d’image est en passe de rendre le discours sécuritaire de la campagne de 2002 presque intéressant, il serait une erreur de croire que tout le monde se fiche de la politique...

En fait, tout semble étrangement connoté politiquement. Engourdi que j’étais par l’absence de télévision ou autre source d’information, deux anecdotes vinrent me confirmer dans les 2 dernières semaines, que les « choses » continuaient de ramper...

Anecdote n°1 :

Il fait jour. Au petit déjeuner. En confiance, dans un établissement que je croyais accueillant, je me laisse aller à parler (certains diront « papoter ») avec le directeur de l’hôtel. Le genre de bonhomme qui a eu une vie bien remplie et sans doute passionnante entre les raffineries de sucre en Chine, les exploitations agricoles au Chili et les hôtels en France. On se dit qu’on va apprendre des choses. Qu’on va parler voyages, cultures différentes et coopération internationale... ça va être bon.

Et voilà ce qu’on entend :

A propos du Chili :

Lui : On dit beaucoup de bien de Salvator Allende, mais il a bloqué le pays. Pour nous, c’était terrible, on ne pouvait rien acheter pour l’exploitation. Il était en train de mettre en place un système « à la Castro ».

Moi (naïf) : Ah ? Il n’a pas trop eu le temps de faire grand chose en même temps... Et puis après lui, c’était quand même pire !

Lui (l’air de rien) : Non, avec Pinochet, tout est devenu facile pour nous. Le pays est devenu très libéral. Nous, on regardait ça en observateurs extérieurs. Il y a sans doute eu des répressions envers les opposants mais...

Moi (mentalement) : Gros porc.

A propos de l’Europe :

Lui : [...] l’Afrique !!! Ah ! (il s’arrête, et comme changeant d’idée) Il y a quand même une excellence européenne. En dehors des pays ayant subi une influence européenne forte...

Moi (surpris de garder mon sang froid) : Enfin, vous parlez d’excellence mais mesurée selon des critères européens : toutes les bases de l’économie actuelle ont été imposées par les Européens (ou leur descendants) à grand coup de colonisation et autres...

Lui (faisant le timide) : Oui...

Moi (en train de marquer des points) : Et puis regardez les Chinois, ils ne sont pas vraiment d’origine européenne. (mentalement) Prends toi ça dans les dents, connard !

Lui (avec une pure gueule de con) : Mais ils utilisent des méthodes européennes !

Moi (mentalement) : Vieille truie rongée par la gale.

Moi (regardant ma montre) : Oh ! Il va falloir qu’on y aille, jamais je ne pourrai libérer la chambre pour midi.

Anecdote n°2 :

C’est le soir. Dans une soirée, où l’on cause. Je ne connais personne. Mais VRAIMENT personne (ne me demandez pas comment j’ai atterri là). Bref, il y a là une jeune femme, petite et rondouillette avec un sourire peint sur son visage. Il y a aussi une femme, la soixantaine « je-sais-tout », qui m’agace pour plusieurs raisons avant d’atteindre le point de non retour en abordant la politique française... Oups, virage dangereux. Elle ne trouve rien de mieux à dire que : « De toute façon, quelque soit le parti, à gauche comme à droite, c’est pareil. La politique menée est exactement la même ! ».

Mon Dieu, comme c’est original ! On dirait un échantillon représentatif de sondage personnifié et prête à transformer la « moyenne » en « médiocrité ». « Dammit » (pense-je). Avant de partir sur une belle tirade romantique commençant par « C’est le genre de discours qui amène Le Pen au pouvoir ! » et finissant par « quand même ! ».

Tout ça pour dire : NON !

Ce n’est pas la même chose de voter à droite ou à gauche ! Et la question n’est pas de savoir si M. X ou Mme Y vont prendre la même décision face à la même situation. Mais plutôt de savoir les idées qu’ils défendent collent avec les vôtres. Basiquement, il faut choisir entre « être solidaire et partager les richesses » ou « être idéaliste et faciliter la fructification de l’argent ». J’ai écrit idéaliste, si, si ! C’est vrai quoi, c’est plutôt idéaliste d’être de droite ! Faire en sorte que les Riches puissent s’enrichir encore plus, tout en comptant sur leur altruisme pour en faire profiter les plus démunis... Si c’est pas de l’idéalisme... !

Bonne campagne à tous !


Partager

1 Message