L'Observatoire International des Prisons - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > Ces liens qui nous libèrent > L’Observatoire International des Prisons

L’Observatoire International des Prisons

vendredi 23 février 2007, par Onno Maxada / 8472 visites

Rester digne, même en prison.

Il est des combats qui sont plus difficilement acceptés que d’autres par l’opinion publique. Celui de que mène l’Observatoire International des Prisons (OIP) en fait partie. A l’heure où la démagogie sécuritaire s’affiche sans complexe dans tous les médias et où ceux qui pensent qu’un innocent en prison vaut mieux qu’un coupable en liberté ont le vent en poupe, l’OIP s’efforce de faire entendre un autre son de cloche. Il résume ses missions dans le triptyque "observer [les centres de détention], alerter [sur les dysfonctionnement], protéger [les droits de l’homme et donc les personnes emprisonnées]". Sa revendication principale est simple : chaque être humain a le droit à la dignité, même en prison.

Le site Internet de l’OIP est le reflet de cette lutte. On y trouve évidemment toute l’actualité de cette ONG : publications nombreuses et de qualité, communiqués sur les dysfonctionnements observés, données de cadrage sur les problématiques carcérales, etc. En ce moment, on y découvre également deux éléments qui ont attiré notre attention : une série de courts métrages efficaces destinés à montrer l’écart entre les textes de lois et les conditions de vie des détenus (avec la participation Sylvie Testud, Florence Aubenas, Sandrine Bonnaire, etc.) ; les réactions des candidats à la présidentielle à la déclaration finale des Etats généraux de la condition pénitentiaire. Nous ne pouvons que vous encourager à consulter ces documents, qui constituent une bonne première approche de la lutte menée par l’OIP.

Pour mémoire, signalons qu’en Europe, les prisons françaises ont triste réputation. En 2003, à la suite d’une série d’inspections dans les centres de détention de l’Hexagone, le Comité pour la Prévention de la Torture du Conseil de l’Europe avait publié un rapport accablant dans lequel on pouvait lire que les détenus étaient "soumis à un ensemble de facteurs néfastes - surpeuplement, conditions matérielles déplorables, conditions d’hygiène créant un risque sanitaire indéniable, sans même mentionner la pauvreté des programmes d’activités - qui peuvent légitimement être décrits comme s’apparentant à un traitement inhumain et dégradant".

Quatre ans plus tard, la situation est encore dramatique et l’OIP plus indispensable que jamais.

Pour une réflexion enrichissante sur la thématique des prisons, vous pouvez lire dans la "bibliothèque du révolutionnaire" le résumé de l’excellent ouvrage de Michel FOUCAULT, Surveiller et Punir.


Voir en ligne : Site de l’Observatoire International des Prisons


Partager