Qu'est ce qui fait le bonheur des enfants ? - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > Qu’est ce qui fait le bonheur des enfants ?

Qu’est ce qui fait le bonheur des enfants ?

lundi 5 mars 2007, par Hoopoe / 13458 visites

Antoine de Saint-Exupéry disait : « On est de son enfance comme on est d’un pays ». Qu’est ce que ça implique si l’enfance n’a pas été « cette heureuse et brève période de l’existence où l’on a tout juste assez de conscience pour savourer la joie d’être et d’inconscience pour ignorer les difficultés de la vie » (André Duval, romancier québécois).

Dans un rapport récent intitulé La pauvreté des enfants en perspective : vue d’ensemble du bien-être des enfants dans les pays riches, l’UNICEF compare le bien-être des enfants dans 21 pays en prenant en compte six critères : le bien-être matériel, la santé et la sécurité, le bien-être éducationnel, les relations avec la famille et les pairs, les comportements et risques, et le bien-être subjectif.

JPEG - 56.2 ko

Dans ce classement, la France arrive en 16ème position, derrière des pays comme la Pologne, la République tchèque, la Grèce et l’Espagne.... Mais devant les Etats-Unis et le Royaume Uni (dernière position). Les pays nordiques et scandinaves occupent le haut du classement (Pays Bas en première position).

Si la France chute par rapport aux autres pays, c’est surtout à cause du bien-être éducationnel des enfants. Le score de la France pour les résultats scolaires à l’âge de 15 ans (niveau moyen en lecture, en mathématiques et en sciences) n’est pas très bon, mais c’est surtout pour la transition vers le travail que la France a de mauvaises notes : 14 % des 15 - 19 ans ne bénéficient ni d’une formation ni d’un emploi et 42 % (!) d’entre eux n’envisagent pas autre chose qu’un travail peu spécialisé. Il n’y a qu’au Japon que les jeunes attendent encore moins de leur futur (50 %). Les jeunes Français ont malheureusement raison de craindre pour leur avenir : le taux de chômage des 15 - 24 ans est actuellement de 22,3 % [1].

On serait tenté de croire que le peu de confiance dans l’avenir est directement lié au taux de chômage. Pourtant, en Pologne, où le chômage des 15 - 24 ans est à 36,9 %, seulement 17 % des jeunes disent attendre un travail peu spécialisé. Et comment expliquer qu’aux Etats-Unis, seuls 14% aspirent à un travail peu spécialisé alors que 21,7 % des enfants vivent en dessous du seuil de pauvreté ? Le peu de confiance dans le futur n’est donc pas nécessairement basé sur la réalité. L’étude ne dit si les jeunes Français sont plus fatalistes que leurs camarades polonais et américains... ou plus réalistes.

Dans tous les cas, les auteurs soulignent que "la pauvreté, en particulier si elle persiste, peut influencer la santé, le développement cognitif, les résultats scolaires, les aspirations, la perception de soi, les rapports avec autrui, les comportements à risque et les perspectives d’emploi" [2].

On retiendra surtout de cette étude que la richesse d’un pays ne fait pas le bonheur des enfants. Ce qui compte, c’est l’investissement du pays dans le futur de ses enfants à travers les dépenses d’éducation, de santé et les aides sociales aux familles. Autrement dit, c’est la répartition de la richesse qui est au cœur du problème.


Voir en ligne : Etude sur le bonheur des enfants dans les pays industrialisés

Notes

[1] Etude de l’Insee sur le chômage des jeunes en Europe

[2] Page 41 du rapport. Selon Unicef, près de un million d’enfants vivent sous le seuil de la pauvreté en France. Le taux de pauvreté des enfants en France est plus élevé que celui de l’ensemble des adultes. Le risque de reproduction de la pauvreté provient surtout de l’échec scolaire qui touche particulièrement les familles à bas revenus. Par ailleurs, d’après l’INSEE, en 2002, il y avait 86 000 personnes SDF en France, dont 16 000 enfants.


Partager