Le Dernier roi d'Ecosse : Sueurs froides sous le soleil ougandais - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > Le coin des avant-gardes > Documents à ne pas taire > Le Dernier roi d’Ecosse : Sueurs froides sous le soleil (...)

Le Dernier roi d’Ecosse : Sueurs froides sous le soleil ougandais

mercredi 28 mars 2007, par Camille D. / 11930 visites

Le destin d’un jeune médecin écossais parti tenter l’aventure en Afrique et revenu de tout devant l’horreur du gouvernement dictatorial de Idi Amin Dada.

Le dernier Roi d'Ecosse, l'affiche du film Le film commence en 1970 avec le coup d’état militaire contre Milton Obote et la prise de pouvoir de Amin Dada ; il se termine en 1976 par la prise d’otages à Entebbe de passagers d’un vol Air France en provenance d’Israël.

C’est un film politique bien plus qu’historique car il ne s’agit pas de raconter la vie du dictateur ougandais (qui a sévi jusqu’en 1979, plus d’infos sur le site du film), mais plutôt de mettre à jour une prise de conscience, celle de Nicolas Kerrigan, écossais en exil. Ce jeune médecin est le héros du film, ou plutôt l’anti-héros. Le spectateur ne s’attache à lui que parce qu’il est le blanc de l’histoire, embarqué dans un continent qu’il ne connaît pas. Il est naïf et borné. Il est venu en Ouganda par hasard, pour s’émanciper de son père et voir du pays. Le hasard va lui faire rencontrer le nouveau dictateur en place, et c’est par son insolence et sa franchise qu’il va plaire à ce dernier. Il va devenir son médecin personnel, puis son confident, et enfin « son plus proche conseiller » (selon le dictateur).

Cette histoire dans l’Histoire est bien sûr une fiction. Mais peu importe puisque l’Histoire, la vraie, prend peu à peu le dessus avec une tension croissante. Et c’est là, la force du film, jouer avec nos nerfs et les limites du supportable. A mesure que Nicolas prend conscience que son protecteur n’est en fait que son bourreau (tout comme pour son peuple), le film passe d’une ambiance de comédie à celle d’un thriller.

Nicolas, jeune blanc-bec venu en Afrique pour s’amuser, pourra-t-il repartir chez lui ? Et surtout saura-t-il dire l’horreur ? Sera-t-il entendu ? Il est le blanc de l’histoire qui représente tous les blancs qui ont fermé les yeux devant les horreurs de l’Afrique en particulier et du Tiers- Monde en général.

Enfin, Forest Whitaker, récompensé par l’oscar du meilleur acteur, incarne si bien la folie paranoïaque du dictateur qu’il transcende tout le film. Il nous donne à voir un homme qui veut consoler l’enfant qu’il a été et qu’il n’a jamais cessé d’être, un homme qui torture et tue son peuple comme il casserait ses jouets, qui prend les mauvaises décisions et ne les assume pas. Un homme perdu qui n’a plus ni femme, ni ami, ni conseiller. Un homme qui sait (quand) il doit mourir, et qui sait pourquoi.

Le Dernier roi d’Ecosse (The Last King of Scotland) - 2006, 2h05 - Un film de Kevin Macdonald. D’après le roman de Giles Foden (éditions de l’Olivier). Avec Forest Whitaker, James McAvoy, Kerry Washington, Simon McBurney et Gillian Andersen.


Voir en ligne : Le site du film.


Partager