L'Envolée - La Révolution en Charentaises

L’Envolée

jeudi 13 mars 2008, par Onno Maxada / 11332 visites

Le journal qui veut en finir avec toutes les prisons.

L’Envolée est un journal de combat rédigé par des esprits libres, dont une partie se trouve derrière les barreaux. En donnant la parole aux détenus, il se fait l’écho de la vie quotidienne et des luttes au sein de l’univers carcéral.

Il alimente aussi la réflexion sur le rôle de la prison, dont la raison d’être est sans doute moins de châtier les individus « déviants » que de faire suffisamment peur aux autres, ces hommes « libres » contraints d’accepter sans broncher un ordre établi par et pour les puissants [1]. Pour les rédacteurs de L’Envolée, les prisons sont une pièce fondamentale du système capitaliste. Elles sont inséparables de la société qui les produit et qui les remplit : « s’attaquer à l’enfermement, c’est forcément s’en prendre aussi à tout ce qui fabrique, réforme, perfectionne le contrôle social hors des murs des prisons : le formatage des « citoyens » dès le plus jeunes âge, le salariat précarisé ou à perpète, l’urbanisme qui flique les villes et quadrille les espaces sont bien le pendant de la construction des prisons » [2].

L’Envolée tient un discours en opposition frontale avec la litanie « humaniste » sur la prison qui, à l’instar de Christine Boutin, déplore les conditions lamentables de détention tout en soutenant les politiques faisant exploser le nombre de détenus.

Le journal n’a pas que des amis et doit jongler entre les procès, la censure de l’Administration pénitencière et les difficultés de diffusion que rencontrent tous les journaux militants en marge des réseaux officiels de la presse. La meilleure façon de faire vivre cette initiative, c’est de lire et faire lire L’Envolée autour de vous. La Révolution en Charentaises espère vous en avoir donné envie.

Pour en savoir plus sur les lieux où vous pouvez trouver L’Envolée, consultez le document joint.


Voir en ligne : Le site du journal l’Envolée

Notes

[1] Mon opinion autant que celle des journalistes de L’Envolée

[2] L’Envolée, n°21, octobre 2007.


Partager