Faut-il soutenir le Tibet et/ou Ingrid Bétancourt ? - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > Faut-il soutenir le Tibet et/ou Ingrid Bétancourt (...)

Faut-il soutenir le Tibet et/ou Ingrid Bétancourt ?

mardi 15 avril 2008, par Onno Maxada / 14954 visites

Difficile d’échapper au matraquage médiatique autour de la libération d’Ingrid Bétancourt et de la répression des Tibétains. Du coup, il est au moins aussi difficile de ne pas prendre position sur ces sujets.

A priori, le choix est facile à faire : en France, qui souhaite le massacre des Tibétains et l’exécution d’une otage ? Pourtant nombreux sont ceux qui éprouvent un malaise à l’idée de se joindre au concert des protestations. Pourquoi ? Par crainte de la manipulation ? Par absence d’une vue d’ensemble sur les problèmes (qui connaît vraiment, dans le détail, la situation en Colombie) ? De la difficulté à se positionner naît une autre question pratique : plutôt que de couper les cheveux en quatre lorsque surgit la problématique de l’engagement, ne serait-il pas possible, pour tout un chacun, de trouver une règle simple qui déterminerait son soutien ou non à une cause ?

Bien qu’en général les manipulations politiques dont nous (gens ordinaires) sommes victimes n’ont qu’une influence diffuse sur notre vie quotidienne, nous n’aimons pas être trompés. Nous détestons cette blessure dans notre amour propre, ce sentiment de trahison qui naît à chaque fois qu’un tiers nous utilise pour atteindre des objectifs personnels inavouables.

Logiquement, la crainte d’être manipulé conduit à une extrême prudence : on tend à vouloir connaître à fond une situation avant de s’engager. Le problème de cette approche, c’est qu’elle condamne d’avance toutes les luttes qui nécessitent une réaction rapide ou au sujet desquelles l’information n’est que partielle. En d’autres termes, la pureté dont on souhaite se draper a toutes les chances d’être le linceul de ceux qui souffrent, qu’il s’agisse des Tibétains ou d’Ingrid Bétancourt.

A l’opposé d’un engagement à géométrie variable, on peut faire le choix de l’engagement a priori. D’abord parce qu’il correspond à une façon de penser son rôle en tant qu’individu dans la société. Lorsqu’on s’engage, on devient un agent de transformation au service d’un monde qu’on estime meilleur. Ensuite, parce qu’une personne qui fait le choix d’une vie engagée ne se limite pas à un agenda fixé par des tiers. Elle peut exiger la libération d’Ingrid Bétancourt ET DE TOUS LES OTAGEStout en tirant à boulets rouges sur la politique ultra violente du gouvernement colombien et de son allié américain. Elle peut critiquer l’impérialisme chinoistout en dénonçant de la façon la plus virulente le néo-colonialisme hypocrite des pays occidentaux, à commencer par la France.

Une vie engagée comporte peut-être plus de risques d’erreurs, mais ce risque doit être assumé dans la mesure où il permet l’action. A l’inverse, ne pas s’engager, c’est faire le choix de laisser les autres (la plupart du temps les puissants) agir, avec le même risque d’erreur et des conséquences souvent catastrophiques. Laquelle de ces deux approches est la plus dangereuse ?

La question de l’engagement ou non dans une lutte est plus facile à trancher lorsqu’on a suffisamment réfléchi sur soi-même pour connaître son système de valeurs, sa conception du fonctionnement de la société ainsi que la direction vers laquelle on souhaiterait la faire avancer. Autrement dit, il faut s’être construit son propre socle idéologique.

Pour ma part, l’exécution d’otages et le massacre de Tibétains n’ont aucune place dans la société que je travaille à construire. C’est donc logiquement que je relaie à la fois l’appel au boycott des Jeux Olympiques et la pétition pour la mise en place d’accords humanitaires en Colombie.

Voir en ligne : Dossier très instructif du Monde Diplomatique sur la situation en Colombie


Partager

3 Messages de forum

  • Faut-il soutenir le Tibet et/ou Ingrid Bétancourt ? 16 avril 2008 09:35, par Hervé Dennys

    Excellente question : "qui connaît vraiment, dans le détail, la situation en Colombie ?" Et plus loin... " Dossier très instructif du Monde Diplomatique sur la situation en Colombie" Soit le meilleur moyen pour être manipulé et désinformé sur la situation en Colombie ! Lisez la presse colombienne, rencontrez des colombiens, et ne vous faites pas manipuler par l’intelligentsia parisienne. Pour conclure, sachez que "la politique ultra violente du gouvernement colombien et de son allié américain." est approuvée par 84% du peuple colombien (sondage de mars 2008). Tiens donc... étrange non ? Restons attentifs

  • Faut-il soutenir le Tibet et/ou Ingrid Bétancourt ? 19 avril 2008 17:23, par bernard de aldecoa

    De manière générale, je considère que les causes qui font grand tapage médiatique ne sont pas à soutenir. L’affaire tibétaine fut lancée par Reporters sans Frontières, qui s’est vu retirer son agrément par l’UNESCO. RSF est censé défendre les journalistes emprisonnés : y en a t-il au Tibet ? RSF me semble travailler pour la CIA (obstination dans l’attaque de Cuba).

    D’autre part, fermement opposé à l’interdiction des drogues, je suis toujours pour les narco-trafiquants. Donc contre les opérations anti-drogues des USA. Tant pis pour Ingrid Betancourt et les otages. Il y en a beaucoup plus à Guantanamo. Tous les résistants à l’impérialisme américain ne sont pas des saints. Mais je préfère ME tromper qu’ÊTRE TROMPE.