Amitié - La Révolution en Charentaises

Amitié

dimanche 24 août 2008, par Onno Maxada / 10351 visites

Lien unissant au minimum deux individus dans une relation basée sur l’échange réciproque de bonheur. L’amitié n’existe que tant que cet échange perdure : c’est ce qui fait sa fragilité mais aussi sa force car elle exige des amis qu’ils la fassent vivre et croît en intensité à chaque geste d’affection.

Pour le pouvoir en place, quel qu’il soit, l’amitié est toujours suspecte. Elle crée des micro-communautés joyeuses et solidaires qui sont autant de poches de résistance potentielles aux politiques de l’Etat et aux oukases des puissants. Lorsqu’on s’attaque à un individu, c’est en effet à tous ses amis que l’on fait du tort et le retour de flamme peut faire long feu [1].

L’amitié rend également possible toutes sortes de transgressions qui sont autant de menaces pour l’ordre établi : elle s’affranchit des lois, normes sociales, loyautés convenues et disciplines de tous ordres. Elle n’a de comptes à rendre qu’à elle-même.

De plus, bien qu’elle procure des bénéfices évidents (elle rend meilleur, plus solide face à l’adversité, plus heureux), elle s’inscrit dans une logique désintéressée. C’est ce qui la distingue du copinage et des réseaux de connaissances formés dans les salons confinés des Rotary Clubs, les jacuzzis des bordels de luxe et autres lieux où le pouvoir s’affirme et se reproduit. Les puissants n’ont pas d’amis, ils n’ont que des relations guère plus dignes qu’eux d’amitié.

Sans amis, l’individu n’est qu’un monstre d’égoïsme ou un cadavre en sursis. Plus qu’une condition du bonheur, l’amitié est donc une question de survie. C’est aussi une valeur éminemment révolutionnaire.

Notes

[1] Et pas seulement à Aulnay-sous-Bois…


Partager

1 Message

  • Amitié 16 août 2010 22:51, par Onno Maxada

    Pour poursuivre la réflexion sur le sujet, voir aussi l’excellent livre d’Anne Vincent-Buffault intitulé Une Histoire de l’Amitié aux éditions Bayard, 2010.

    Le chapitre consacré à l’amitié en tant que ferment de l’action politique est particulièrement intéressant et c’est avec bonheur que j’ai découvert de très beaux textes de Jean-Pierre Vernant et Hanna Arendt sur l’amitié et la Résistance.