La Stratégie du Choc – S'informer c'est résister, armez-vous ! - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > Le coin des avant-gardes > Documents à ne pas taire > La Stratégie du Choc – S’informer c’est résister, (...)

La Stratégie du Choc – S’informer c’est résister, armez-vous !

lundi 29 novembre 2010, par Onno Maxada / 17646 visites

Une mise en images réussie du livre choc de Naomi Klein.

En adaptant pour le cinéma l’excellent ouvrage de Naomi Klein, Michael Winterbottom et Mat Whitecross montrent qu’ils n’ont pas froid aux yeux et qu’ils ont su les garder grands ouverts en lisant la conclusion du bouquin. En effet, après avoir montré comment les partisans d’un capitalisme aussi brutal que décomplexé sont passés maîtres dans l’art d’utiliser les périodes de crise pour mettre en pratique leurs idées face à des populations déboussolées, l’auteure conclut sur l’importance de la mémoire individuelle et collective pour éviter un effet de surprise aux conséquences souvent dramatiques (lire le résumé de l’ouvrage ici). A leur manière, les réalisateurs du documentaire donnent un écho plus large à cette mémoire collective en la mettant en images et contribuent donc à accroître la capacité de résistance des populations aux traitements de choc élaborés dans les laboratoires d’économie des facs néolibérales et les salles de réunion capitonnées du FMI ou de la Banque Mondiale.

L’ambitieux pari d’adapter l’ouvrage est réussi. Ceux qui ont déjà lu La Stratégie du Choc découvriront avec plaisir de nombreuses images d’archives qui réactivent efficacement les souvenirs laissés par le livre et donnent plus de corps au texte. Personnellement, j’ai par exemple été marqué par tous ces visages de garçons et d’hommes bien élevés, propres sur eux et souriants (à commencer par Milton Friedman) qui se sont fait les bourreaux des peuples auxquels ils infligeaient leurs politiques. Je n’ai pu m’empêcher de penser que des visages comme ceux là, j’en croise tous les jours...

Pour les spectateurs qui n’auraient pas lu le livre, le documentaire se suffit à lui-même et est parfaitement compréhensible (sauf peut-être pour quelques images un peu confuses de violences en Russie). Le démontage du conte de fée visant à présenter l’expansion du néolibéralisme comme inéluctable est magistral et achèvera de convaincre ceux qui en douteraient encore que l’histoire officielle est toujours écrite par les vainqueurs. On ne peut que suivre avec intérêt la présentation de cette histoire qu’on qualifiera d’alternative puisqu’elle prend le point de vue des populations opprimées. Surtout, le spectateur devrait se sentir particulièrement concerné par la montée en puissance du capitalisme du désastre, ce nouvel avatar d’un système économique calamiteux tirant de juteux profits des crises et ayant tout intérêt à leur multiplication. Sur ce thème, la prise en compte de la crise financière par les réalisateurs est un ajout très appréciable par rapport au livre.

Qu’il s’agisse du livre ou du documentaire, La Stratégie du Choc est un outil précieux au service de tous ceux qui refusent de se laisser berner par des politiques qui prétendent gouverner sans eux, particulièrement en période de crise. Comme l’indique l’affiche du film « S’informer c’est résister, armez-vous ! ». Commencez par aller voir le film et lire le bouquin.

La Stratégie du Choc, WINTERBOTTOM, Michael et WHITECROSS, Mat, 2009.

Lire le résumé du livre de Naomi KLEIN, La Stratégie du Choc sur la Révolution en Charentaises.



Partager