Une histoire populaire de l’empire américain - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > Le coin des avant-gardes > Livresse > Une histoire populaire de l’empire américain

Une histoire populaire de l’empire américain

dimanche 20 juin 2010, par Onno Maxada / 13097 visites

Luttes de classes et impérialisme aux Etats-Unis… en bande-dessinée !

Rares sont les universitaires qui, comme Howard Zinn, peuvent se targuer de voir leurs ouvrages scientifiques adaptés en bande-dessinée. La raison de cette particularité, c’est sans doute que Zinn n’est pas un historien comme les autres et que l’histoire qu’il met en avant ne l’est pas non plus. Ecornant bien volontiers les images d’Epinal de l’historiographie officielle, Zinn retrace à la fois les luttes des populations victimes de la politique impériale étatsunienne et celles du peuple américain contre ses élites.

La bande-dessinée inspirée des travaux de Zinn couvre une période qui débute avec le massacre des Indiens à Wounded Knee (1890) et s’achève avec la résistance à l’occupation américaine en Irak. Pour mettre en valeur cette histoire anticonformiste, Mike Konopacki et Paul Buhle ont fait le pari d’une esthétique originale mêlant dessins et documents d’archives tels que des photos, des « unes » de journaux, des caricatures, etc. Le résultat est étonnant et globalement réussi, même si le dessin laissera sans doute certains amateurs de BD sur leur faim.

Pour ce qui est du contenu, on retient que l’histoire des Etats-Unis est le produit de conflits parfois extrêmement violentes au sein même du pays et en dehors de ses frontières. Ces violences sont étroitement liées au développement de l’Empire américain, un empire qui tait son nom et fait les choux gras d’un petit nombre de nantis. Certes, le peuple américain a connu tout au long de son histoire des avancées sociales significatives (par exemple l’égalité des droits civiques entre blancs et noirs), mais celles-ci n’ont été possibles que grâce à une forte mobilisation des masses. Howard Zinn montre la très grande variété de formes qu’ont pu prendre ces luttes : « révolution du cool », résistance armée, manifestations anti-guerre, occupation de lieux symboliques, happenings, grèves de la faim, divulgation de documents confidentiels, etc.

A la lecture d’Une histoire populaire de l’empire américain, on ne peut s’empêcher de penser qu’il est bien difficile de changer l’ordre établi. L’ouvrage recense suffisamment de coups tordus, de massacres et d’opérations de désinformation réussies pour s’en convaincre. On peut aussi se désespérer de voir que les grosses ficelles du complexe militaro-industriel et de ses alliés politiques fonctionnent toujours [1]. Pourtant la bande-dessinée montre aussi que le peuple peut parfois l’emporter et faire plier les puissants. En ce sens, elle invite à un certain optimisme que Zinn s’efforçait de faire partager.

Surtout, l’ouvrage met en évidence l’importance de s’engager : si les progrès sociaux et politiques sont le résultats de luttes, renoncer à livrer bataille c’est perdre la partie d’avance. Historien à part tour à tour docker, bombardier pendant la seconde guerre mondiale, professeur d’université, défenseur des droits civiques et opposant aux guerres de l’Empire américain, Zinn avait compris toute l’importance du militantisme [2].

C’est sans aucun doute parce qu’il a contribué à faire l’Histoire que Zinn en livre un récit aussi passionnant. En reliant des évènements apparemment déconnectés les uns des autres (par exemple le développement du jazz et la lutte pour les droits civiques), il dégage des lignes de forces et donne une vision d’ensemble très pertinente. Par contraste, il pousse aussi à réfléchir sur la façon dont s’écrit l’histoire officielle : sur quels critères choisir ce qui doit rentrer dans l’Histoire et ce qui relève de l’anecdote ? Quelle histoire enseigner au peuple et comment ? Qu’on le veuille ou non, l’écriture de l’histoire est une occupation éminemment politique.

Outre-Atlantique, les travaux de Howard Zinn ont rencontré un vif intérêt. Espérons que la bande-dessinée permette à son histoire alternative de toucher un public plus large, à commencer par notre petit monde francophone.

ZINN, Howard, KONOPACKI, Mike, BUHLE, Paul, Une histoire populaire de l’Empire américain, 2009.

Lire aussi ZINN, Howard, Une histoire populaire des Etats-Unis, 2002.


Voir en ligne : Une interview de Howard Zinn dans l’émission Là-bas si j’y suis

Notes

[1] L’ouvrage s’efforce autant que possible de montrer les similitudes entre des événements s’étant déroulés à des périodes différentes : par exemple, le recours au mensonge éhonté pour justifier l’entrée en guerre des Etats-Unis contre le Mexique ( 1848), Cuba (1898), les Philippines (1899), le Vietnam (1964) ou l’Irak (2003).

[2] Voir aussi ZINN, Howard, L’Impossible Neutralité, 2006.


Partager