La Vélorution... en charentaises - La Révolution en Charentaises

La Vélorution... en charentaises

mercredi 4 août 2010, par Camille D. / 15648 visites

Le 3 juillet 2010, dans de nombreuses villes du monde, s’est déroulée la Vélorution Universelle. A Paris, armés de nos vélos estampillés La Révolution en Charentaises, nous y étions.

La Masse Critique

La Vélorution est un rassemblement urbain de cyclistes. Aussi appelée Masse critique, cette notion est inspirée du trafic routier en Chine où, sans feux de signalisation aux croisements, les cyclistes devaient attendre d’être assez nombreux pour pouvoir s’engager et traverser ensemble la chaussée [1]. C’est ainsi qu’il faut former une Masse critique, c’est-à-dire constituer un nombre suffisant de cyclistes, pour occuper en toute sécurité une partie de la voie publique, excluant ainsi les usagers motorisés.
Cette manifestation écologique a donc pour but de constituer le trafic et non de l’empêcher d’être fluide. En effet, dans notre société, le vélo est trop souvent associé à une activité sportive ou à un loisir, alors qu’il s’agit d’un réel moyen de locomotion à développer.

Vélorution 2010 - Paris Chaque Vélorution est à l’image de ses participants. A Paris, le 3 juillet dernier, l’ambiance était bon enfant, quoique militante et engagée. Nous avons croisé des cyclistes en tous genres : couples en tandem, pères de famille accompagnés de leurs enfants, parisiennes en Vélib’, bricoleurs géniaux ayant déguisé leur vélo pour en faire, au choix, une voiture en carton, une bicyclette à double cadre, soudés l’un à l’autre ou encore un vélo difforme au guidon disproportionné ; nous y avons rencontré aussi des militants de tous horizons, espagnols bariolés et marseillais chantants à tue tête.

Ici il n’y a rien à vendre

Certains membres du collectif, sans doute lecteurs assidus de nos rubriques, ouvraient les panneaux publicitaires situés sur le parcours [2], afin de retourner les affiches et d’y inscrire des slogans contestataires tels que "Faites l’amour, pas les magasins !" ou "Ici, il n’y a rien à vendre !". D’autres avaient choisi, contre l’avis préfectoral, de pratiquer le cyclo-nudisme [3]. Cette pratique étant interdite à Paris, contrairement aux autres villes dans lesquelles se déroulait la Vélorution Universelle, ses adeptes étaient contraints à une gymnastique digne d’Arturo Brachetti afin d’éviter de se faire épingler par les forces de l’ordre.
Par ailleurs, les slogans clairement dirigés contre les voitures et leurs conducteurs, ont créé quelques émules : "Libérez les piétons enfermés dans les voitures !" ou "On avance, on avance, on n’a pas besoin d’essence !" ou encore "Coupez vos moteurs, respirez le bonheur !" (Variante : "vous en avez pour des heures !"). A plusieurs reprises, le ton est monté, notamment avec les conducteurs de deux roues... motorisées !

Vélorution 2010 - Paris, Champs Elysées

Ailleurs & Autrefois

Ces manifestations ne datent pas d’hier, elles existent même depuis une quarantaine d’années, comme en témoigne le film L’An 01 de Gébé et Doillon, de 1972. On y voit des milliers de cyclistes lancer des slogans tels que "Bagnoles raz le bol !", "Des vélos pas d’autos !" ou encore "ça pue, ça pollue et ça rend nerveux !". De nombreuses villes comme Nice, Marseille, Rome, Madrid ou Budapest ont déjà organisé ce type de rassemblement, parfois réprimé sévèrement par la police comme à New-York.
Dans le même esprit, à Lyon, le collectif Pas Sages Piétons a organisé une Masse critique de piétons, en s’appuyant sur l’article du code de la route stipulant que "tout conducteur est tenu de céder le passage aux piétons régulièrement engagés dans la traversée d’une chaussée". C’est ainsi que les passages piétons se sont retrouvés envahis par un flot continu de marcheurs joyeux aux accoutrements divers et variés.

Si vous aussi, vous voulez vous aussi participer à ces manifestations joyeuses et pacifiques, sachez qu’elles ont lieu tous les premiers samedis du mois, et qu’elles se déroulent dans toutes les grandes villes de France. La Vélorution Universelle se doit donc d’être en charentaises ...et à pédales.

Voir en ligne : La Vélorution Universelle

Notes

[1] Ce terme est inspiré très librement du concept en physique de masse critique pour mettre l’accent sur certains seuils à partir desquels des phénomènes physiques peuvent avoir lieu.

[2] Hôtel de Ville, Bastille, République, Barbès, Champs Elysées, Champ de mars

[3] Voir manifestation de 2007, à Paris - Vidéo visible sur le site de la Vélorution


Partager

2 Messages de forum

  • La Vélorution... en charentaises 4 août 2010 22:48, par Onno Maxada

    Très chouette cet article ! Dans la même veine, on pourrait aussi citer les action du groupe d’action directe anglais Reclaim The Streets (RTS) qui utilise des fêtes de rue pour se réapproprier l’espace public.

    Naomi Klein en parle notamment dans son bouquin No Logo :

    "Le plus important coup de théâtre de RTS eut lieu lorsque 10 000 fêtards s’emparèrent de la M41 de Londres, autoroute à 6 voies. Deux personnes arborant des costumes de carnaval sophistiqués avaient pris place à 10 mètres au-dessus de la route, perchées sur des échafaudages recouverts d’immenses jupes à cerceaux. La police, qui regardait sans intervenir, ignorait complètement que, sous les jupes, se trouvaient des guérilleros jardiniers équipés de marteaux piqueurs et creusant des trous dans la chaussée pour planter de jeunes arbres dans l’asphalte. RTS - composé de mordus du situationnisme - avait fait passer son message : "sous le macadam, la forêt", en référence au slogan de mai 68 : "sous les pavés, la plage".

    Voir en ligne : Un résumé du livre No Logo

  • Très intéressant article. J’imagine bien que les adeptes inconditionnels de l’auto/moto ne voit pas ce genre de rassemblement d’un bon oeil. Quel dommage que ces piétons et cyclistes en puissance ne comprennent pas le bénéfice pour tous de l’utilisation généralisée des transport moins polluant. Je leur conseille d’aller faire un tour aux Pays Bas qui à cause d’une population urbaine très importante et d’une limitation de la taille de leur territoire sont obligés de faire la part belle aux transports en commun et aux vélos. Il suffit sûrement d’attendre que le nombre de cyclistes atteigne la masse critique qui permettra le développement des infrastructures spécifiques en France prochainement...