En route pour un monde meilleur… mais pas en ligne droite ! - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > L’écrit du peuple > En route pour un monde meilleur… mais pas en ligne (...)

En route pour un monde meilleur… mais pas en ligne droite !

mercredi 29 septembre 2010, par Onno Maxada / 17637 visites

Ou comment j’ai rencontré Hundertwasser (1928-2000), artiste de génie, écologiste radical et adversaire farouche de la ligne droite.

Pour mettre à nu l’absurdité de la société dans laquelle nous vivons, un coup de génie artistique vaut souvent mieux que bien des démonstrations laborieuses. Pour mon plus grand bonheur, j’ai eu l’occasion d’en faire l’expérience aujourd’hui en croisant presque par hasard le chemin de Hundertwasser.

Il y a quelques heures encore, j’ignorais tout de cet artiste autrichien. Tout juste avais-je repéré, sur une brochure de l’office du tourisme de Vienne, la façade originale d’un bâtiment portant son nom (la Hundertwasserhaus). C’est donc avec l’intention de prendre une photo sympathique, et rien de plus, que je me suis rendu au 37-39, Kegelgasse.

A peine arrivé, je suis saisi par l’étrange beauté du lieu. Les yeux grands ouverts, je laisse mon regard dériver au gré des ondulations multicolores de la façade, rencontrant ici un morceau de mosaïque, là un mur végétalisé, une cicatrice en pierres de taille ou un branchage s’échappant d’un balcon. Tout autour de l’édifice, un sol inégal laisse supposer l’existence d’énormes racines permettant à cet arbre d’un genre nouveau de s’élever vers le ciel pour fleurir en coupoles orientales saturées de couleurs. Non seulement ce bâtiment à l’air vivant, mais il inspire la vie.

HunderwasserhausJe suis aussi émerveillé qu’un enfant devant son premier sapin de Noël mais, comme lui, je ne comprends pas. Ou du moins, pas consciemment.

Je me renseigne alors pour savoir s’il existe d’autres constructions de ce que je pense être une sorte de Gaudi viennois et c’est avec la fébrilité d’un amoureux en route pour son second rendez-vous que je pars à leur découverte, me demandant si ce que j’allais trouver serait à la hauteur des espoirs suscités par cette première rencontre.

Ce que j’ai trouvé a dépassé toutes mes attentes. Il s’avère que Hundertwasser ne se considérait pas comme un architecte mais plutôt comme un « médecin de l’architecture ». Son approche consistait à transformer des édifices extrêmement laids en œuvres d’art. Sa métamorphose de l’usine d’incinération de déchets de Vienne, Müllverbrennungsanlage Spittelau, est à ce titre exemplaire. Dans ce cas comme dans celui de la Hundertwasserhaus, Hundertwasser a travaillé gratuitement parce qu’il avait le sentiment de contribuer à changer la vie en posant les bases d’une alternative concrète au modèle ultra-fonctionnaliste et déshumanisant de la société contemporaine.

Müllverbrennungsanlage Spittelau, photo de Josylein trouvée sur Flicker.comNaturiste, écologiste radical militant pour une plus grande harmonie entre l’homme et la nature, Hunderwasser a combattu toute sa vie contre le « chaos des lignes droites » [1] et pour le « droit à la fenêtre » [2], une société sans déchets, la toilette-humus ou encore l’arbre-locataire [3]. Avec un lyrisme et une énergie qui ne sont pas sans rappeler H. D. Thoreau, il appelle chacun à inventer et construire de ses mains une maison qui lui ressemble.

De sa production foisonnante (édifices, peintures, manifestes, timbres, affiches, drapeaux, etc.) se dégage un élan vital d’une très grande force, d’autant plus puissant qu’il est tout entier dirigé vers la construction d’un monde meilleur, ici et maintenant.

Ce soir, je quitte Vienne plein d’énergie, convaincu qu’il existe une chose encore plus merveilleuse que de vivre ses rêves : pouvoir les partager. Le front collé au hublot, je regarde disparaître les lumières de la ville et médite ces mots de Hundertwasser : « Si quelqu’un rêve seul, ce n’est qu’un rêve. Si plusieurs personnes rêvent ensemble, c’est le début d’une réalité ! ».

Bâtiments de Hundertwasser à voir à Vienne :

KunstHausWien, 13 Untere Weißgerberstraße (essentiel pour en savoir plus sur cet artiste hors normes)

Hundertwasserhaus, 37-39 Kegelgasse

Müllverbrennungsanlage Spittelau, 45 Spittelauer Lände

Beaucoup d’autres travaux intéressants à travers le monde.


Voir en ligne : Pour en savoir plus sur les oeuvres et les textes (téléchargeables gratuitement mais en anglais) de Hundertwasser

Notes

[1] « Nous vivons aujourd’hui dans le chaos des lignes droites. Que celui qui ne veut pas le croire se donne la peine de compter les lignes droites qui l’entourent et il comprendra car il n’arrivera jamais au bout. (…) Cette jungle de lignes droites, qui nous enferment comme dans une prison, nous devons la supprimer ». Manifeste de la moisissure contre le rationalisme en architecture.

[2] « Un locataire doit avoir le droit de se pencher à sa fenêtre et de changer tout ce qu’il veut du mur extérieur, aussi loin que peut aller sa main. Et il doit avoir le droit de prendre un long pinceau et – aussi loin que peuvent aller ses bras – de tout peindre en rose, afin que l’on puisse voir de loin depuis la rue : là vit un être humain qui se distingue de ses voisins,le bétail frustré ! ». Manifeste de la moisissure contre le rationalisme en architecture

[3] Présence d’arbres intégrés aux bâtiments pour purifier l’air, absorber la poussière, etc.


Partager