À feu et accent - La Révolution en Charentaises

À feu et accent

lundi 30 mai 2016, par Marvin Flynn / 396 visites

Je ne décolère pas de la dernière réforme de l’orthographe. Et plus particulièrement des dispenses accordées aux u et aux i quand il s’agit de porter l’accent de rigueur... Pour montrer aux Sages de l’Académie de quel bois nous nous chauffons, accentuons les majuscules – et la lutte – avant qu’on nous interdise aussi de mettre les points sur les i !

Avant toute chose, mon intégrité d’écrivain amateur m’oblige à révéler un conflit d’intérêt avec cette réforme. En effet, seul un petit accent circonflexe sépare l’orthographe de mon – véritable – nom de celle d’un gendarme en vue sur le net. Je ne pourrai donc pas m’empêcher, de lui en être reconnaissant [1].

Un peu d’histoire

Si on a jamais pris l’habitude de mettre des accents à nos majuscules, c’est pour de bonnes raisons :

Raison 1 : Nos ancêtres imprimeurs étaient des traîne-savates et des radins

Au temps des lettres en plombs, les caractères qu’utilisait l’imprimeur faisaient tous la même hauteur ; les accents sur les majuscules étaient donc chronophages et/ou coûteux. L’Économe de service a alors dit :

Y’a qu’à plus mettre d’accents sur les capitales.

Et hop, le problème était réglé, et gratos avec ça.

Raison 2 : Les concepteurs des claviers Azerty sont des crapules

que je soupçonne d’appartenir en majorité à des pays dont la langue ne comporte pas d’accents... Ne pas pouvoir taper les Â, les Ê, les Î ni les Ô, les Û ni les Ä, les Ë et les Ï pas plus que les Ö ou les Ü, les À non plus, ni les très utiles Æ et æ, ni les Ç, les É, les È pas plus les Œ et les œ, et encore moins les Ù, franchement, c’est nul.

Raison 3 : Nous sommes faignant [2]

Eh vous, là, derrière votre clavier !!? Vous n’imaginiez pas qu’en cherchant 2 secondes dans un moteur de recherche, vous pouviez trouver comment mettre des accents sur vos majuscules ? À moins que vous ne vous soyez pas posé la question avant... C’est pire. Et mon propre cas jusqu’à peu.

Réjouissez-vous donc, petits veinards, votre quête est terminée : dès ce soir, vous pourrez dormir sur vos deux oreilles et ne plus penser à cet épineux problème de majuscules accentuées. Ouf !

Étêter sans prise de tête

L’Académie elle-même le reconnaît...

En typographie, parfois, certains suppriment tous les accents sur les capitales sous prétexte de modernisme, en fait pour réduire les frais de composition [Source]

...tout ça n’est, encore une fois, qu’une question de gros sous. Nous allons donc trouver une solution peu onéreuse, qui n’intéresse donc pas les personnes concernées par le paragraphe suivant.

Épater les mac ?

Ben non, ni Télémaque, ni les mac-users ne sont concernés par cette question, car leur clavier permet à ces derniers de taper nativement les caractères spéciaux usuels. Ils peuvent donc arrêter leur lecture ici, et se gausser tranquillement pendant que de notre côté, nous continuons.

Les moyens du moins au plus efficace pour mettre les accents sur les majuscules sans changer de clavier

Le paresseux

Celui-là laissera faire le correcteur orthographique dans son traitement de texte préféré. Il tape "coeur" et ça corrige tout seul "cœur". Il tape "A table !" et ça corrige tout seul "À table !", etc. Corrige tout seul, ou pas. Ou avec juste un petit clic de souris (le droit), et un autre, voilà, ah non c’est pas bon ; Contrôle-Z ; bon, allez, je le retape... hum.

Le laborieux

Une deuxième solution consiste à utiliser une combinaison acrobatique de touches pour taper les caractères du code à l’abscons dénomination : ISO 8859-1, ou latin-1 de son p’tit nom. Par exemple :

[ALT] (de gauche) + [0201] (au pavé numérique)

Et "hop", un É en 5 touches.

Vous imaginez bien que si j’avais mis toutes les majuscules accentuées de cet article ainsi, j’aurais les doigts ampoulés, et je me serais arrêté depuis belle lurette. Mais si vous voulez quand même en savoir plus sur cette méthode, c’est par là.

Le malin

Le malin, c’est celui qui lit mon article jusqu’au bout. Et sa récompense, c’est que la partie utile de l’article ne commence vraiment qu’ici :

La question accent balles

Le clavier Azerty que vous utilisez en ce moment permet de taper les caractères À, È et Ù, savez-vous comment ?

Tic tac tic tac tic tac...

Solution. En utilisant la combinaison de touches [ALT-GR + 7] suivie du caractère que l’on veut accentuer (la touche ALT-GR est la touche ALT à droite de la barre d’espace) :

[Alt-Gr+7] + [E] = È

Plus que 3 touches pour un accent. Ça s’améliore. Mais pour tous les autres caractères, pas d’alternative, il va falloir mettre les mains dans le moteur.

Installer un pilote de clavier enrichi

Voilà LA solution ultime : en installant le pilote fourni sur cette page (vous y trouverez même une version pour le clavier belge), vous aurez accès à de nouvelles combinaisons basées sur la touche ALT-GR :

Clavier enrichi de caractères spéciaux (en rouge, accessibles avec la touche ALT-GR)

Et tout ça en 2 touches seulement ([ALT-GR+W] pour "É", deux pressions) ! Vous y gagnez en plus l’accès à tout un ensemble de caractères qu’on avait fini par abandonner faute d’un accès facile, je pense aux « et aux », à l’ß, au signe × et bien sûr aux — et aux –, Khad’Râtins et Dheumi-Khad’Râtins bien connus de nos auteurs en Carpet Slippers.

Maintenant, vous n’avez vraiment plus aucune excuse pour ne pas mettre l’accent sur vos majuscules préférées !

P.S. Voilà que le ministère de la Culture se pique de faire développer un nouveau clavier prenant en compte les caractères manquants... L’article de Rue89 n’évoque pas notre révolutionnaire solution, mais présente d’autres dispositions de clavier. Et ils ont même des accents sur les majuscules...

Version la plus récente du logiciel : http://users.sfr.be/denis.liegeois/kbdfrac.htm (au cas où cette page disparaisse, une copie est téléchargeable directement ici).

Illustrations :
- Typo plomb [source]
- Horloge [source]


Voir en ligne : Pilote de clavier français enrichi

Notes

[1] À l’accent, pas au gendarme éponyme

[2] Faignant : "faire semblant de prendre du cœur au travail" ; source : Wikipédia


Partager