Wolfgang Master et l'altermondialisme - La Révolution en Charentaises

Accueil du site > Le coin des avant-gardes > Wolfgang Master > Wolfgang Master et l’altermondialisme

Wolfgang Master et l’altermondialisme

vendredi 18 novembre 2005, par Anatole Ibsen / 11518 visites

Où Wolfgang Master, pourtant plein de bonnes résolution altermondialistes, en commet encore une de taille...

Jusqu’à ses vingt ans et ses premières élections, Wolfgang Master n’avait aucune conscience politique. Tendance socialo-communiste du côté paternel, mouvance droite catho chez la mère. Alliance difficilement envisageable pour le jeune Wolfgang, d’où un complexe d’Œdipe mal négocié doublé d’une définitive crise identitaire.

Et puis un jour, on a proposé au jeune Wolfgang de partir en vacances. Vacances un peu spéciales. Citoyennes et revendicatives. Le camping était situé dans le Larzac. L’aubergiste s’appelait José Bové.

Dix jours de meeting, autant de soirées arrosées à la bière, au son des maracas et des guitares, et notre Wolfgang est rentré dans sa province natale, bien décidé à changer le monde.

Justement, Le Monde diplomatique devint l’une de ses principales lectures. Il se baladait, un T-shirt trop large posé négligemment sur ses épaules lui permettant d’afficher clairement sa différence : « D’AUTRES MONDES SONT POSSIBLES ». Il y croyait dur comme fer. En parlait autour de lui. Anti-mondialisation. Anti-mondialisation. Anti-mondialisation...

Et puis un jour, il a décidé de faire le grand pas. Et a contacté ses amis pour agir. Agir ensemble.

Mais la mayonnaise, trop grasse et trop vite montée, est redescendue aussi sec quand, dans un accès d’enthousiasme, Wolfgang Master a invité ses amis, pour les convaincre définitivement de son nouveau fer de lance, dans un KFC (Kentucky Fried Chicken) flambant neuf, situé à deux rues de chez lui.


Partager