The Yes Men - La Révolution en Charentaises

The Yes Men

jeudi 7 juillet 2005, par Onno Maxada / 8794 visites

The Yes Men (en français, les « béni-oui-oui ») est un documentaire sur deux trublions un brin déjantés qui ont décidé d’élever l’imposture au rang de technique de lutte contre la mondialisation néolibérale en général et l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) en particulier.

Les Yes Men pratiquent la "rectification d’identité". Sur leur site web, ils décrivent cette activité de la façon suivante : "les honnêtes gens usurpent l’identité de puissants criminels pour les humilier publiquement. Leurs cibles sont nos décideurs et nos grosses multinationales dont la seule raison d’être est d’amasser les profits".

Leur histoire commence en 1999, lorsqu’ils créent un faux site web de l’OMC plus vrai que nature. Ils y présentent crûment les politiques de cette organisation tout en restant fidèles à son esprit néolibéral. Le canular fonctionne à merveille et les Yes Men sont invités par des institutions très sérieuses à représenter l’OMC aux quatre coins de la planète.

Le film retrace l’itinéraire de ces deux activistes d’un genre nouveau, propulsés dans le monde des puissants pour y défendre le néolibéralisme de façon tellement outrancière qu’ils le discréditent d’emblée... aux yeux des spectateurs du film seulement ! De leur côté, les défenseurs du néolibéralisme n’y voient que du feu et applaudissent à deux mains en entendant les Yes Men vanter les mérites de l’esclavage moderne ou de l’achat de voix électorales via Internet.

Soyons clairs : le film n’a aucune chance de remporter la palme d’or. Il n’échappe pas à quelques longueurs et a un côté un peu brouillon. Cependant, il vous fera passer un bon moment de rigolade et vous donnera sérieusement la pêche. A n’en pas douter, vous aurez vous aussi des idées de canulars à mettre en pratique pour montrer le vrai visage des puissants et vous payer leur tête (c’est de bonne guerre, ils se foutent allègrement de la vôtre à longueur d’années). Le jeu en vaut la chandelle si l’on en juge par les importantes retombées médiatiques des opérations de Yes Men. Les médias reprennent en effet docilement leurs propos et contribuent donc - à leur insu - à alimenter la révolte contre l’OMC et les autres piliers d’un système économique fondamentalement injuste.

The Yes Men, de Dan Ollman, Sarah Price et Chris Smith. Les Yes Men sont Andy Bichlbaum et et Mike Bonnano.


Voir en ligne : www.theyesmen.org


Partager